Vitré l’emporte à Gries


La même chanson 

Match après match, le même scénario semble inlassablement se répéter pour le BCGO, vaincu hier soir sur son parquet par Vitré (58-63). Jamais très loin, mais pas assez près et surtout très maladroits, les Griesois concèdent leur cinquième défaite en sept matches.

Les Griesois, fâchés avec leur shoot depuis le début de la saison, commencent par deux missiles longue distance de Woodmore et Doumbia, auxquels répondent, en face, Quincy-Jones et Merie (6-4, 3e ’). Dans une entame de rencontre où aucune des deux équipes ne cherche de fixation intérieure, il faut attendre six minutes pour qu’Ahmed Doumbia inscrive les premiers points griesois dans la peinture, à la suite de deux contre-attaques éclair (12-9, 6e’ ). Le BCGO perd toutefois le fil avant la fin du premier acte, laissant Vitré prendre les commandes (17-21, 10e ’).

Doumbia omniprésent

Mieux huilé, le collectif breton impose peu à peu sa patte sur le match en trouvant systématiquement l’ailier démarqué (19-26, 12e ’). Côté griesois, Sedlak, sevré de ballons depuis le début de la partie, force ses actions. La faute, peut-être, à un BCGO trop statique en attaque. Les Alsaciens doivent s’en remettre aux exploits de leur couteau suisse Doumbia, omniprésent des deux côtés du terrain, et de Ghezala pour ne pas sombrer (29-34, 18e ’), même si Merie, à trois points, refroidit la “Forest Arena” à la sirène (29-39, 20e ’).

Doumbia, avec huit points en quatre minutes, s’occupe de ramener les siens au contact (39-43, 24e ’), mais la défense trop permissive du BCGO permet aux Bretons de préserver leur avantage, sans pour autant que ces derniers enfoncent le clou. En attaque, le cuir se transforme trop souvent en patate chaude que les Griesois refilent continuellement à un Doumbia excellent, mais harassé. Si le BCGO tient bon, c’est grâce à une énorme débauche d’énergie en défense, qui lui permet de gratter de nombreux ballons (46-50, 30e ’).

Cruel mais logique

Le statu quo dure quatre minutes, la faute à un passage brouillon des deux équipes. Gries repart ensuite de l’avant via Ghezala, avant que Sedlak n’égalise (56-56, 36e ’). On pense alors que la dynamique s’est inversée, mais les Alsaciens, plus que jamais maladroits et peu inspirés, ne parviennent pas à mettre à profit leurs ballons pour passer devant, face à des Bretons guère meilleurs pourtant.

Puis, ce qui devait arriver arriva : Merie, d’un tir à trois points assassin, crucifie les Griesois (58-63, 40e ’), leur infligeant leur cinquième défaite de la saison. Logique et cruel en même temps. Ce qui est certain, c’est que ce BCGO-là, manque encore de consistance et se retrouve désormais dans le dur.